L’exposition lumineuse (1): Pourquoi vous ne devez-pas toujours vous fier au dispositif automatique d'exposition

Partager cet article

Pourquoi vous ne devez-pas toujours vous fier au dispositif automatique d'exposition

L’exposition lumineuse

Lorsque vous faites une photo, l'appareil photo détermine instantanément l'exposition correcte au moment où vous appuyez sur le déclencheur. Malheureusement, elle n’est pas toujours très juste. Les visages sont trop foncés ou trop clairs, la neige blanche semble grise et les scènes d'ambiance du soir paraissent pâles et sans couleurs.

Cet article vous apprend pourquoi il en est ainsi et dans quelles situations vous ne pouvez pas vous fier au dispositif automatique de l'appareil photo. Bien qu'il ait mesuré la lumière, il y a toujours des erreurs d'exposition.
À quoi cela est-il dû ?

Laissez-nous vous rappeler ce qu’est l'exposition lumineuse. À vrai dire, il s'agit ici de « l'exposition lumineuse du capteur ». Le capteur collecte la lumière avec ses divers degrés de clarté et la transforme alors en une photo bidimensionnelle.

L’intensité et la durée de l'incidence de la lumière ainsi que la sensibilité du capteur déterminent le niveau de clarté ou d'obscurité de la photo. Lorsque tous ces éléments concordent, c’est-à-dire lorsque les détails sont observables dans les ombres et la lumière, on parle d'exposition lumineuse « correcte et précise ». Comment aboutir à ce résultat si l'appareil photo n'y arrive pas seul ?

Trois réglages sont déterminants pour une exposition lumineuse correcte : la vitesse d'obturation, l'ouverture de diaphragme et la valeur ISO.

Le mode automatique permet de laisser le réglage de ces paramètres à l'appareil photo. Il mesure la lumière et choisit, sans nouvelle intervention de votre part, une combinaison vitesse-diaphragme-ISO appropriée. Les photographes aguerris veulent avoir plus d'influence. Ils optent souvent pour un dispositif semi-automatique (A/Av ou S/Tv) leur permettant de déterminer la valeur ISO et le diaphragme ou la valeur ISO et la vitesse d'obturation. Mais dans le cas présent, vous ne pouvez pas non plus vous fier à l’appareil photo pour le réglage correct des paramètres déterminants.

Cinq situations dans lesquelles l'appareil photo ne remplit pas sa tâche

Certes, l'appareil photo évalue de manière précise de nombreuses situations standards, mais dès que la lumière s'intensifie, le dispositif automatique arrive à ses limites. Voici cinq situations dans lesquelles même des DSLR pro font systématiquement des erreurs :

  1. Motifs clairs (par ex. neige ou sable clair)

  2. Contre-jour (par ex. visages foncés devant le ciel)

  3. Motifs foncés (par ex. scènes de rue le soir)

  4. Poses longues (par ex. chutes d'eau ou prises de vue nocturnes)

  5. Flash (par ex. clichés dans des espaces intérieurs)

La cause de ces erreurs est simple : l'appareil photo vise à répartir uniformément les niveaux de teinte sur la photo et optimise par conséquent l'exposition lumineuse pour obtenir une valeur de gris moyenne (avec un taux de réflexion de 18%). Tous les systèmes d'exposition lumineuse sont étalonnés sur cette valeur de gris.

C'est exactement la raison pour laquelle vous ne devriez pas toujours vous fier au dispositif automatique d'exposition lumineuse de votre appareil photo. Même l'appareil photo le plus intelligent ne voit pas l'image telle que vous la percevez.

Activer le dispositif automatique d'exposition lumineuse ne signifie donc pas que la photographie ait automatiquement une exposition précision. Afin d'obtenir le résultat parfait, vous devez corriger manuellement l'exposition lumineuse.

La prochaine fois que le résultat de la photo ne répond pas à vos attentes, corrigez l'exposition lumineuse. Soit vers le positif (+1 à +2 EV), soit vers le négatif (-1 à -2 EV). Avec le temps et l’expérience, vous déterminerez vos propres valeurs d’exposition et vous pourrez éviter intuitivement les erreurs d'exposition.

Article similaire