Séance de shooting sportive en Corse

Partager cet article

Photographie de sport de plein air Christoph Oberschneider

Séance de shooting sportive en Corse

Christoph Oberschneider est toujours à la recherche de nouveaux défis. La dernière tournée du photographe sportif de Salzbourg l’a amené en Corse avec, dans son sac, le Tamron SP 24-70mm F/2.8 Di USD et le Tamron SP 70-200mm F/2.8 Di USD – le duo de zoom lumineux pour les exigences professionnelles.

Des panoramas de montagne impressionnants, des plages de sable fin à couper le souffle, un vététiste affrontant une côte escarpée au soleil couchant : des motifs captivants dignes d’être accrochés au mur et maintenant soumis à l’œil critique du photographe. Christoph Oberschneider est en pleine préparation de son exposition. Le Salzbourgeois peaufine ses motifs avec entrain. Seuls les meilleurs clichés arriveront à la sélection finale. « C’est à chaque fois bien plus de travail que prévu », soupire-t-il tout en étant heureux de mettre en valeur ses photos.

Un faible pour la lumière « naturelle »

« Je préfère le langage claire et minimaliste des images. L’idée qui se cache derrière la photo doit ressortir rapidement », explique Christoph Oberschneider en montrant le cliché d’un coureur cycliste pédalant vigoureusement à contre-jour. La photo a été prise de bon matin en Corse. Au cœur du paysage sauvage de l’île méditerranéenne, le photographe plonge les sportifs dans une ambiance pittoresque.

Christoph Oberschneider a un faible pour les scènes de lumière « naturelles ». Il n’est pas du genre à adapter et à retravailler avec perfection et jusque dans les moindres détails des clichés pris en studio. « Je n’aime pas les scènes fictives. J’ai bien plus confiance en mes yeux et en mon appareil photo que j’ai toujours sous la main. Avec un peu de chance, je peux capturer ainsi des scènes réelles et impressionnantes d’authenticité. »

La photographie de sports est le métier et la passion de Christoph Oberschneider. Ce qu’il aime le plus, c’est d’avoir des vététistes ou des skieurs devant l’objectif. L’année dernière, il a également découvert les joies de la photographie de paysage. Les clichés qui lui apportent désormais le plus de plaisir sont donc ceux qui lui permettent de décliner les deux thèmes. « Ce qui me plaît le plus dans ce style de photographie, c’est également le mélange de l’effort physique et du défi photographique. »

Des films aux photos

Avec son premier reflex numérique, Christoph Oberschneider voulait en fait seulement donner un aspect cinématographique à ses vidéos de VTT et de ski. Mais très vite la passion pour la photographie a pris le dessus sur celle des films. « C’est fascinant de voir à quel point les photos se distinguent de la vie. Je ne trouve pas ça très valorisant de considérer la photographie comme la simple reproduction de la réalité. Par contre, c’est très encourageant d’arriver à transporter des émotions ou de les renforcer à travers l’image, comme si c’était vraiment le cas. »

Pour atteindre cet objectif au cours de ses aventures photographiques, le photographe se limite à un équipement minimum pour ses scènes de VTT et de randonnées. À côté du Sony Alpha 99 et Alpha 77 II, il a maintenant le SP 24-70mm F/2.8 Di USD et le SP 70-200mm F/2.8 Di USD de Tamron dans son sac. « La combinaison du design compact et de la protection contre les intempéries des deux objectifs Tamron est idéale pour les longs trajets », explique Oberschneider, qui apprécie également le bon rapport qualité-prix des objectifs lumineux et de grande qualité. « D’une part, ils me permettent d’extraire mes sujets de manière optimale et de créer de superbes effets de flou. D’autre part, ils m’offrent également la possibilité de prendre de superbes photos dans de mauvaises conditions de lumière, pendant que la haute résolution reproduit les moindres détails de l’image. Le 24-70mm tout comme le 70-200mm sont alors très nets à pleine ouverture. »

Excellente qualité d’image

La grande qualité optique des objectifs Tamron SP revient notamment aux éléments XLD (Extra Low Dispersion) utilisés dans les lentilles. Leurs propriétés de dispersion sont plus faibles que sur les lentilles LD classiques. La combinaison des deux types de lentilles offre un maximum de contraste et de brillance. Les aberrations chromatiques sont empêchées efficacement et les détails sont reproduits avec une grande netteté, même sur les bords. L’autofocus fonctionne de manière rapide, silencieuse et très précise grâce à un moteur à ultrasons (Ultrasonic Silent Drive). Ce n’est pas pour rien que les objectifs s’appellent « SP », l’abréviation de « Super Performance ». Sur le SP 24-70mm F/2.8 Di USD, les ingénieurs ont assemblé pas moins de 17 éléments répartis dans 12 groupes ; sur le SP 70-200mm F/2.8 Di USD, ce sont même 23 éléments dans 17 groupes. Les versions présentant un raccordement Nikon ou Canon sont en plus équipées d’un stabilisateur d’image (VC). Les reflex numériques Sony possèdent leur propre stabilisateur d’image interne, c’est pourquoi les ingénieurs de Tamron n’ont pas intégré cette fonctionnalité dans les versions Sony.

Les préparatifs en vue du prochain vernissage de Christoph Oberschneider sont maintenant terminés. Les motifs et formats ont été définis. Mais le jeune photographe talentueux n’est pas complètement prêt. « Cet hiver, je veux reprendre là où je me suis arrêté l’hiver dernier. Je souhaite porter mes photos de ski à un niveau supérieur et passer mon temps en haut des pistes avec les meilleurs skieurs afin d’obtenir des images encore plus spectaculaires. » Ce n’est donc plus qu’une question de temps pour découvrir la sélection de photos de la prochaine exposition.

L’équipement

« Mon style de photographie m’impose un équipement compact et léger. Généralement, je ne prends avec moi que mon reflex numérique plein format et mes objectifs Tamron SP 24-70mm F/2.8 Di USD et Tamron SP 70-200mm F/2.8 Di USD. Les zooms professionnels lumineux sont compacts, robustes et offrent d’excellentes performances photographiques. Avec eux, je suis prêt pour toutes les situations. Comme je n’ai pas de place pour un trépied, je me fie entièrement aux stabilisateurs d’image pour les situations extrêmes. »

Cinq conseils professionnels pour les photographes d’extérieur

  1. Ne perds jamais patience et ne te laisse pas décourager par les premiers échecs. L’endurance est importante, l’expérience vient ensuite toute seule.
  2. Développe ton propre style. La créativité est la clé. Joue avec les possibilités de ton appareil photo.
  3. Connais ton matériel et les bases de la photographie. Entraîne-toi avec des focales fixes avant de te laisser tenter par les téléobjectifs.
  4. Dans l’idéal, maîtrise le type de sport que tu photographies. Tu obtiens ainsi des perspectives et des points de vue pas si faciles à trouver pour les autres photographes.
  5. Garde ton appareil photo toujours à portée de main. Souvent, tu n’as que quelques secondes pour prendre la photo exceptionnelle. Tout dépend alors de ta rapidité.

À propos de l’auteur : Christoph Oberschneider

Christoph Oberschneider est né en 1983 et a grandi à Salzbourg. Au cours de ses études de médecine à Graz, il a développé un intérêt grandissant pour la photographie et le film en plaçant l’accent sur la relation entre sport et paysages. En 2012, il a présenté son court métrage « Days of Powder in Sportgastein » au Mountain Film Festival de Salzbourg, ce qui lui a valu l’année suivante plusieurs premières places dans des concours internationaux de photographie de ski. En 2014, il a été l’un des cinq photographes du monde entier invités au « Pro Photographer Showdown » dans le cadre du prestigieux « World Ski and Snowboard Festival » de Whistler, au Canada.

www.oberschneider.com

Article similaire